SERUSIER Paul

VAN SERUSIER.JPG DR

Une partie importante de l’œuvre de Paul Sérusier est conservée au musée d’Orsay à Paris.

Paul Sérusier entre à l’Académie Julian en 1886. En 1888, il rencontre Paul Gauguin à Pont-Aven qui l’initie à une nouvelle esthétique. Paul Gauguin lui apprend l’utilisation non naturaliste de la couleur et la distorsion de formes.

Avec ses proches, Pierre Bonnard, Maurice Denis, Paul-Élie Ranson qui partagent ses idées, Sérusier forme un groupe d’artistes : les nabis (« prophète » en hébreu). Sa palette change, il utilise des couleurs pures, et se libère des exigences du réalisme. Revenu à Paris avec un tableau inspiré par Gauguin, il transmet son enthousiasme à ses condisciples de l’Académie Julian. Le tableau représentant un paysage aux formes schématisées et aux couleurs vives, est nommé « Talisman » (Musée d’Orsay, Paris).

Les sujets typiquement bretons alimentent son inspiration et le symbolisme de son œuvre dès les années 1880-1890.

Comme ses amis du mouvement nabis, Paul Sérusier admire les estampes d’Extrême-Orient qui sont pour lui une source d’inspiration. Ce paysage aux grands arbres stylisés, présenté actuellement à la Galerie Winston, évoque l’esthétique japonaise par le traitement synthétique caractéristique de l’œuvre de l’artiste.
À partir de 1893, il s’installe à Châteauneuf-du-Faou dans le Finistère, lieu qui restera son domicile principal jusqu’à la fin de sa vie. Il meurt à Morlaix le 7 octobre 1927, renversé par une automobile.

Les œuvres de SERUSIER Paul