Jean-Francis Auburtin

(1866-1930)

Les rochers fauves, Gouache
44x58cm. Oeuvre actuellement disponible à la Galerie Winston à Dinard.

 

Formé dans sa jeunesse par le peintre Louis-Théodore Devilly, Jean-Francis Auburtin (1866-1930) est admis à l’École des beaux-arts de Paris. En 1897, Auburtin étudie la faune et la flore sous-marine aux aquariums de Roscoff et de Banyuls d’où il rapporte de nombreux croquis qui lui permettront de réaliser en 1898 Le Fond de la mer, grand décor destiné à l’amphithéâtre de zoologie de la Sorbonne.

Il séjourne dans les îles d’Or et longtemps à Porquerolles, puis en Bretagne (Erquy, Bréhat, Ploumanac’h, Belle-Île) où il réalise des œuvres conservées au musée de Pont-Aven. Puis il découvre la Corse, les sommets des Pyrénées, les nombreux lacs des Landes et Talloires sur les bords du lac d’Annecy chez ses amis, le peintre Albert Besnard (1849-1934), et sa femme la sculptrice Charlotte Besnard (1854-1931).

Auburtin découvre Varengeville-sur-Mer en 1904. Il y achète un terrain en 1907 et demande à son frère, l’architecte Jacques Marcel Auburtin (1872-1926), de lui construire une maison. Il se lie d’amitié avec Guillaume Mallet, créateur du domaine du Bois des Moutiers dans le village de Varengeville, déjà portraituré par Claude Monet qu’il rencontrera entre 1896 et 1897.

Dans son atelier du quai Carnot à Saint-Cloud, il reçoit son ami Auguste Rodin. C’est dans cet atelier que son amie, la danseuse américaine Loïe Fuller, donnera en 1914 un spectacle avec sa troupe. Il réalise également de 1909 à 1920 des gouaches avec l’école de danse d’Isadora Duncan. Jean Francis Auburtin est promu officier de la Légion d’honneur.